Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
www.supremecommander-alliance.fr

Preview Supreme Commander

Docrate, le 04 January 2007
Voici l’un des jeux les plus attendus de 2007. En effet, Supreme Commander n’est autre que la suite spirituelle de Total Annihilation, un RTS de 1997 qui avait marqué les esprits pour ses nombreuses innovations en terme de GamePlay. Depuis, son créateur Chris Taylor, a quitté Cavedog et fondé son propre studio de développement : Gas Powered Games.

10 ans après, Monsieur Taylor, connu dans le monde du GameDesign, remet le couvert avec SupCom. Mais qu’est ce donc ?




Un Total Annihilation 2 ?


Au moment de son annonce, Supreme Commander prend tout de suite le sous titre « suite de TA ». Pourquoi ? Tout simplement parce que le studio de développement de TA a fait faillite et qu’il n’y a jamais eu de suite. Mais aussi parce que son créateur Chris Taylor n’avait jamais refait de jeu de stratégie depuis. Bref, cela laissait un trou béant dans la culture du RTS puisque aucun jeu n’avait repris l’ensemble des améliorations et des idées de Total Annihilation.

Pourtant, chez Gas Powered Games, on insiste bien sur le fait que ce n’est pas la suite de TA ! D’une part, ce n’est pas eux qui détiennent la licence … celle-ci voguerait sans but chez Atari depuis le rachat de GT Interactive (l’éditeur de TA).
D’autre part, Chris Taylor a souligné plusieurs fois que ce n’est pas parce que c’était dans TA, qu’il faut le reprendre absolument. Les standards du RTS ont bien évolué depuis.


De nombreuses similitudes tout de même

Néanmoins, Supreme Commander a bien des points communs avec son ancêtre :
-    Ambiance Science-Fiction et guerre galactique
-    Des combats de Machines. Oui, la guerre, c’est moche. Pas de sang dans SupCom.
-    Des batailles massives avec des centaines de Robots.
-    Le concept économique très bien pensé qui empêche les temps morts dans le jeu
-    Le système d’ordres cumulés le plus intuitif des RTS
-    L’aspect simulation (contrairement à pierre/papier/ciseaux)





Mais SupCom, ce n’est pas que ça


Oui, 10 ans après, cela passerait mal de nous sortir un TA remanié. On peut dire que la principale nouveauté du jeu est la vue stratégique. Un véritable Must ! L’essayer, c’est l’adopter. Alors, j’en profite pour mettre un très fort message d’avertissement : Si vous essayez Supreme Commander, vous ne pourrez plus jamais rejouer à un ancien RTS. Voilà, c’est dit, je vous aurai prévenu.

En effet, contrairement à la plupart des jeux où la caméra est collée au sol, ici, le zoom est totalement libre, un peu comme dans Black & White si vous connaissez. C'est-à-dire, qu’à n’importe quel moment dans le jeu, vous pouvez faire un coup de molette pour voir le champ de bataille dans son intégralité. Les unités et structures se transforment alors en icônes représentatives (triangles = avions, carrés = tanks, …) comme sur une carte d’Etat-major. Bref, avec cette vue, vous êtes le général en chef des armées, vous voyez tout en un coup d’œil. Vous n’êtes plus collé au ras du sol en scrollant comme un acharné.



Bien sûr, ce zoom s’effectue en temps réel, sans chargement, et vous pouvez jouer (sélectionner, donner des ordres, …) comme en vue classique.
Le meilleur est que cette fonction est totalement fluide même avec une machine modeste. Ce qui rend son utilisation systématique. Personnellement, je passe la plupart du temps en dézoom maximum.


SupCom, c’est aussi les gigantesques unités expérimentales avec lesquelles on se frotte les mains comme un savant fou derrière sa création démoniaque. Mais le but ici n’est pas de détailler tout le jeu car nous n’avons pas reçu une version finale. Passons au mode Simple Joueur.

 

Enfin la monotonie de la campagne rompue ?

Dans la version preview que j’ai reçue, il y a la campagne solo d’une des 3 factions. Elle est composée de 6 grandes missions. Alors, cela peut paraître court au premier coup d’œil mais c’est là qu’intervient une autre nouveauté du jeu.
Lorsque la première mission commence, vous avez un objectif à remplir. Vous construisez donc votre base et atteignez brillamment votre but. A ce moment, la carte sur laquelle vous êtes s’agrandie en temps réel. Vous gardez donc votre base, vos positions, votre économie, seuls de nouveaux horizons s’ouvrent à vous avec d’autres objectifs. Vous n’avez donc pas votre base à reconstruire, votre économie à installer machinalement encore une fois. Non, tout ça, vous l’avez déjà fait sur la planète où vous êtes. Vous remplissez alors votre deuxième objectif  … et ce n’est pas fini ! Une plus grande surface du Monde où vous vous trouvez s’offre à vous une nouvelle fois, et ainsi de suite.

En fait, les 6 missions dont je vous parlais au début sont 6 planètes où vous effectuerez vos opérations. Sur chaque Monde, vous aurez 3 ou 4 missions principales à effectuer accompagnées d’objectifs secondaires. Tout cela se passera en temps réel et vous garderez tout ce que vous avez construit dans les premières opérations. Ce système est pas mal du tout car c’est très laborieux de refaire sa base à chaque mission dans les RTS.

De plus, vous arrivez sur des planètes parfois déjà colonisées par votre camp, donc vous avez rarement votre base à construire à partir de rien. Au pire, vous repartez de ruines d’une base alliée précédemment dévastée.

Les objectifs sont divers et variés : Récupérer des boites noires, escortez des civils, protégez des centres de recherches, …. Néanmoins, pratiquement à la fin de tous les Mondes, vous devrez annihiler l’adversaire. Celui-ci ne se laissera pas tuer facilement et se défendra à coup de nucléaire et d’unités monstrueuses. Même la première mission peut paraître délicate pour un débutant. C’est pour cela que je vous conseille de passer par le tutorial du jeu qui vous expliquera les rudiments pour bien commencer.

 

Le gros défaut de Supreme Commander : La gourmandise


Il faudrait aborder tout de même un point noir dans cette preview : les ressources machines consommées.
Je crois bien que Monsieur Taylor est très ambitieux pour nous proposer un jeu de ce genre. Des cartes gigantesques, des centaines de Robots, des trajectoires de missiles calculées en temps réel, des capacités de zoom phénoménales, … font souffrir énormément notre ordinateur.
Pour être plus clair, j’ai ramé tout le long de la campagne et cela même à partir de la toute première mission ! C’est vrai que ma machine n’est plus toute jeune (Pentium IV 3GHz, ATI Radeon 9800 Pro 128Mo, 1Go de RAM) mais tout de même, c’est un peu fort.

D’après mes informations, ce serait le micro processeur qui serait le plus demandé. Car c’est lui qui calcule le chemin des unités, la balistique, l’intelligence artificielle, etc…
Néanmoins, ne soyons pas trop sévère, ce n’est qu’une version preview pas terminée et donc non optimisée. Mais si vous avez un style de jeu Empirique (7 IA, 5 000 unités), prenez garde de ne pas dépenser vos étrennes en ce début d’année).

 

A bientôt

Je vous donne rendez-vous dans un prochain test pour faire plus ample connaissance avec Supreme Commander, le jeu le plus ambitieux depuis 10 ans : Nouveautés, diversité, Gameplay agréable, modable (modifiable) par les fans, gigantesque, fun … bref, un peu de frais dans ce genre qui sent le renfermé depuis trop longtemps.


Staff SCA

Qui sommes nous ?|Nous contacter|Plan du site

Tib[]r_Fr Rédacteur en Chef tibor_fr [at] reseau-js.com
Assassin Admin SCA assassin [at] reseau-js.com
XIV-V Rédacteur xiv-v [at] reseau-js.com
Justicius Rédacteur justicius [at] reseau-js.com
Target6 Equipe Technique target6 [at] reseau-js.com